• Les grandes vacances se terminent et je n'ai pas publié depuis un moment....

    Je suis en préparation de ma prochaine année scolaire...

    Mais je voulais mettre quelques photos des matériels Montessori que j'ai amenés le dernier jour notamment les cubes du binôme et trinôme, ainsi que quelques jeux que je proposais en ateliers, notamment le matériel d'Ecam sur les solides:

     

    Dernier jour de classe  Dernier jour de classe

     

    Les divisions posées de chez Loustics             Les solides de chez Ecam

     

    Dernier jour de classe Dernier jour de classe

     

    Les cubes du binôme et du trinôme: autrement dit des casse-têtes selon mes élèves.

     

    Dernier jour de classe 

    Un autre casse-tête fait main, trouvé en classe de neige à la maison du bois de Méolans-Revel (04)

     

    Dernier jour de classe 

    Cartes de nomenclature sur les instruments de musique, trouvées me semble-t-il sur participassion mais je n'en suis pas sûre!

     


    votre commentaire
  • Séance découverte jeudi  matin avec mes CM2 sur les expansions du groupe nominal: ils ont redéfini ce qu'était un GN, puis fait des hypothèses sur ce que pouvait être une expansion (5min')

    J'ai précisé qu'ils connaissaient déjà au moins une expansion que nous avons vue dans les fonctions de l'adjectif: l'épithète

    Sur fiche, j'ai proposé le document suivant, sans les titres de colonnes, la page 1 seulement:

    Je l'ai trouvé sur le net mais malheureusement je ne sais plus où, si l'auteur se reconnait un jour, je veux bien le lien de son site!

    6 groupes de 4 élèves: classer en trois colonnes les GN de la fiche, en sachant justifier son choix. Essayer de trouver un titre de colonne, sachant qu'ils ont au moins le nom d'une (épithète) ( 20min)

    Mise en commun et discussion des choix. J'ai écris chaque phrase au tableau.

    Nous avons fait ensuite ressortir ce qu'il y avait de commun dans les GN de chaque colonne:

    colonne 1 épithète: un adjectif qualificatif complète/ précise le nom

    colonne 2: un nom ou un verbe complète un nom à l'aide d'une préposition

    colonne 3: un pronom relatif suivie d'un verbe conjugué complète un nom

     

     

    En séance deux j'ai proposé par groupe de 4 élèves, de jouer à un jeu sur l'expansion du nom:

    Je l'ai un peu modifié et rajouté quelques GN avec expansion.

    Pour un jeu, on peut imprimer 1 fois sur papier couleur, plastifier et découper les étiquettes, et imprimer sur feuille blanche pour l'auto-correction, et le plastifier. Pour plusieurs jeux j'ai imprimé sur du papier de couleur différente à chaque fois, car en cas de mélange, c'est bien plus simple de trier! ;)

    J'ai mis en gras l'adjectif épithète, les prépositions, les pronoms relatifs pour permettre un repère de tri et les aider à  reconnaître. Nous commencerons des exercices en séance 3.

    Je n'ai pas de photos de mes élèves en train d'y jouer, mais j'essaierai de le faire la semaine prochaine quand je reproposerai le jeu à certains élèves en besoin.

    Je pense qu'ils ont bien aimé.

     Edit 24/06/2016: une coquille dans le jeu, j'ai mis en gras théière au lieu de vieille. Je modifierai bientôt. et je mettrai à jour le jeu avec quelques modifications.

    Edit du 27/10/2016: nouveau document rectifié

     


    4 commentaires
  • Je m'intéresse beaucoup aux troubles DYS-, notamment à la dyslexie, trouble spécifique de l'apprentissage de la lecture.

    Je suis en train de lire le livre du Docteur Catherine Billard, Dyslexie et troubles associés, on s'en sort! (2016). TOM POUSSE. 

    Elle explique comment l'apprentissage de la lecture se fait chez des apprenants lambda, mais aussi raconte aussi les difficultés d'apprentissage chez des enfants diagnostiqués dyslexiques.

    L'auteure explique aussi le parcours à réaliser pour qu'un enfant DYS soit diagnostiqué, et qu'un parcours de soin lui soit adapté, et que des aides soient mises en place à l'école.

    Après quelques reherches sur internet, j'ai trouvé à Angers le site d'une association qui explique les démarches pour faire reconnaître un enfant DYS d'un point de vue médicale: 

    DYS x 10 Centre Jacques TATI - 5 rue Eugénie Mansion 49100 ANGERS

    Voici les démarches pour la dyslexie venant de ce site:

    La dyslexie : les demarches ...

     

     

     

    Étapes par étapes, voici les premières démarches conseillées si vous pressentez une dyslexie chez votre enfant.

    Prendre rendez-vous pour en parler avec son enseignant

    L’une des premières choses à faire si votre enfant présente des difficultés d’apprentissage de la lecture est d’en discuter avec son enseignant.

    L’école pourra ensuite aider votre enfant grâce au réseau d’aide : le RASED - Réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté - composé de plusieurs maitres spécialisés dispensant une aide à dominante pédagogique - maitre E - ou rééducative - maitre G - et un psychologue scolaire. Si votre enfant est intégré à un groupe suivi par un membre du RASED, il vous est possible et même fortement recommandé de rencontrer cette personne.

    Pensez à ne pas culpabiliser votre enfant : chacun apprend à son rythme, il est certainement conscient de ne pas réussir aussi facilement que ses copains, et ce n’est pas toujours parce qu’il n’y met pas de la bonne volonté !

    Prendre rendez-vous avec son médecin traitant

    Son médecin fera un point physiologique et vous orientera éventuellement vers un confrère : celui-ci vérifiera que l’enfant entend bien (ORL) et qu’il voit bien (ophtalmologue).

    Il s’interrogera sur d’éventuelles difficultés psychologiques, des perturbations familiales. Elles peuvent retentir sur la disponibilité de l’enfant face aux apprentissages. Mais attention : des difficultés psychologiques ou des troubles du comportement (enfant insupportable, mettant la pagaille en classe, inattentif aux consignes des adultes, ou encore passif et en retrait) peuvent aussi être la conséquence de difficultés d’apprentissage qui perturbent profondément l’enfant et entrainent un comportement inapproprié.

    Une fois tous ces aspects évalués, si les difficultés persistent (exemple : en février, en CP, il n’entre pas du tout dans la lecture ou en avril votre enfant a encore de grosses difficultés alors qu’aucune raison apparente ne justifie ce manque de succès) :

    Faire pratiquer un bilan de langage écrit par un orthophoniste

    L’agenda des orthophonistes est souvent chargé, ne tardez pas trop à vous renseigner en cas de doute.

    Ce bilan est prescrit par un médecin, il est remboursé à 60% par la sécurité sociale, le reste est pris en charge par les mutuelles. La rééducation qui suivra si besoin, sera prise en charge aux mêmes conditions.

    Votre enfant a peut-être déjà consulté une orthophoniste dans sa petite enfance pour des difficultés de langage oral, si c’est le cas et que le contact a été positif, reprenez rendez-vous avec cette même personne. Sachez qu’une rééducation orthophonique efficace comporte 2 séances d’1/2 heure environ par semaine.

    L’orthophoniste établira un bilan, il doit vous le communiquer et vous l’expliquer, (s’il ne le fait pas, exigez-le) ainsi qu’au médecin qui l’a prescrit. Lisez bien ce document et faites-vous expliquer par l’orthophoniste ou votre médecin ce que vous ne comprenez pas.

    Il ne s’agira pas encore de poser un diagnostic de dyslexie mais de repérer des difficultés en vue de travailler sur ces difficultés le plus tôt possible.

    Transmettre ce bilan au médecin scolaire

    Nous vous recommandons de faire cette démarche qui, loin d’ « étiqueter » votre enfant, permettra à l’école de situer ses difficultés. Le médecin scolaire connait les troubles d’apprentissage du langage écrit, il pourra parfois vous aider à communiquer avec l’enseignant sur les difficultés de l’enfant. Les troubles spécifiques du langage (TSL) recouvrent les difficultés d’acquisition du langage oral et/ou écrit, chez des enfants qui ne présentent ni déficience intellectuelle, ni troubles sensoriels.

    Le bilan orthophonique est soumis, comme tout acte médical ou paramédical, au secret professionnel. En tant que parent, il vous est néanmoins possible de transmettre tout ou partie de ce bilan à l’enseignant.

    S’intéresser au contenu des séances de rééducation

    Vous apprendrez beaucoup sur votre enfant et sa façon d’apprendre, vous ne pourrez donc que mieux l’aider.

    N’attendez pas de miracle de cette rééducation, les orthophonistes ne sont pas des magiciens, ils interviennent dans un processus long, votre enfant va progresser bien sûr mais à son rythme. Certaines acquisitions qui pourraient paraitre simples et évidentes, vont lui demander du temps.

    Néanmoins ne vous découragez pas, et encouragez-le. Vous faites des efforts pour l’accompagner à ces séances ou le faire accompagner, ce n’est pas toujours facile à organiser mais quand lui aussi fait des efforts (il travaille pendant que les autres ; jouent, il se rend bien compte que les autres progressent plus vite que lui et ce n’est pas agréable

    Insister pour que l’orthophoniste et l’enseignant de votre enfant se rencontrent

    Chacun a beaucoup à apprendre de l’autre pour la simple raison qu’ils connaissent votre enfant dans des situations différentes. L’orthophoniste apprendra de l’enseignant qui vit avec l’enfant en groupe. Il peut être en difficulté dans des situations que n’a pas pu remarquer l’orthophoniste.

    L’enseignant va découvrir des spécificités précises de l’enfant, apprendre à mieux formuler son discours à son attention, à mettre en place pour lui des aides spécifiques, des aménagements pédagogiques.

    Certains enseignants et orthophonistes utilisent un cahier de communication que l’enfant transporte avec lui où ils échangent des renseignements sur les apprentissages en cours, les difficultés rencontrées, les progrès constatés (les photocopies de certaines évaluations significatives des difficultés et/ou des progrès de l’élève peuvent y figurer). Ce cahier, ouvert à la lecture pour les parents et l’enfant est toujours très bénéfique, proposez-le !

     

    Faire établir un bilan neuropsychologique

    Cette étape n’est pas obligatoire. Ce bilan est pratiqué par un psychologue en cabinet privé et coute alors fort cher (entre 100 et 200€). Il peut aussi être pris en charge par la sécurité sociale s’il est réalisé en CMP - centres médico-pédagogiques - ou CMPP - centres médico-psycho-pédagogiques - ou à l’hôpital, dans un centre référent.

    Parlez-en avec votre médecin. Si votre enfant est en souffrance et vous-même perplexe par rapport à ses difficultés, ce bilan vous permettra de confirmer que votre enfant est intelligent, qu’il a des compétences. Il pourra aider chaque intervenant à mieux comprendre l’enfant en repérant ses façons personnelles d’apprendre. Vous découvrirez peut-être des choses sur votre enfant, d’autres seront confirmées. Ses besoins particuliers seront révélés. L’orthophoniste aura un nouvel éclairage sur son jeune patient si vous décidez de lui transmettre les résultats de ce bilan.

    Le compte-rendu du bilan neuropsychologique vous sera remis et expliqué par le psychologue.

     

    Conseils

    A chaque étape, conservez les documents

    Conservez les bilans, les carnets scolaires de votre enfant, les copies et cahiers avec des remarques caractéristiques concernant ses difficultés et ses réussites.

    Conservez tout ce qui pourra par la suite aider à retracer le parcours de votre enfant. En effet, sans vouloir alarmer personne, il se peut qu’un enfant intelligent compense suffisamment ses difficultés au point que les adultes, et même les enseignants attentifs, ne les perçoivent plus.

    Les difficultés peuvent réapparaître plus tard, lorsqu’au collège le jeune devra fournir plus d’efforts et atteindra ses limites individuelles de compensation. Il serait alors facile de faire un amalgame erroné avec des difficultés dues à l’entrée dans l’adolescence.

    Diagnostics tardifs

     Il arrive que certaines dyslexies soient diagnostiquées tardivement au collège en 6e ou même en 3. Les collégiens et lycéens, pour être reconnus par l’institution et bénéficier d’aménagements pour passer les examens (brevet, CAP, BEP, BAC…), doivent apporter la preuve de leurs difficultés. A ce stade et quel que soit votre parcours antérieur, passez directement par le centre référent des troubles du langage et des apprentissages, puis par la demande d’aménagement aux examens.

     


    votre commentaire
  • Un jour j'aurai MA classe avec tout plein de matériel Montessori!

    En attendant, je profite des vacances ou dès que je peux pour faire du matériel et j'ai fait les fiches de la division posée du site de Loustics Loustics division posée 

    Ce sont des fiches très pratiques qui permettent l'auto-correction avec la solution repliée au dos. Je les trouve aussi très attrayantes et donne l'envie de les travailler:

    Atelier :  La division posée Photo de Loustics


    4 commentaires
  • En pleine programmation pour la dernière période, j'ai établi quelques séances d'anglais.

    Je vais continuer sur la compétence "Parler anglais à partir d'une oeuvre d'art, que nous verrons aussi en objet inducteur de débat (CF article ici: Débat philo à partir d'une oeuvre d'art + anglais)

    A la rentrée je vais donc terminer notre première sculpture "Freedom" puisque faute de l'avoir fini avant les vacances pour cause maladie...Bref, voici les notions que nous allons voir à la rentrée:

    - "I like/ I don’t like..."

    - Parler de ce qu'un camarade pense:"He likes/ she likes/ He doesn’t like/ She doesn’t like..." 

     

    Je les ferai aussi écouter et apprendre cette chanson: Chanson Do you like it ? Trouvée encore grâce à L'univers de ma classe, qui propose sa transcription sur son site:

    Pour travailler la même compétence, nous étudierons La Rieuse de Mauricette Toussaint, visible dans le parc végétal Terra Botanica, j'utiliserai des informations sur son site internet pour présenter cette artiste: Mauricette Toussaint

    Voici les notions/questions étudiées:

    - What do you see?

    -What do you feel?

    -Do you like it? Why?

     

    J'ai trouvé sur le site de l'IA 49 des enregistrements MP3 sur différents thèmes. Je ferai travailler mes élèves sur les goûts, tout en travaillant la compétence suivante: "Comprendre et extraire l’information essentielle d’un message oral de courte durée."

    A l'aide d'une fiche d'écoute et des enregistrements présents sur cette page web, nous étudierons trois enregistrements:

    Anglais Baladodiffusion

     

    Voilà de quoi faire pour les prochaines semaines! ^^

     


    votre commentaire
  • Je ne vous ai pas montré ma bibliothèque de classe que j'ai installée il y a maintenant quelques semaines. J'ai ramené mes quelques livres de chez moi et j'ai acquis pour une cinquantaine d'euros des livres à la recyclerie des Biscottes aux Ponts de Cé et à la brocante Ma Caverne à Angers.

    Le but était de mettre en place des moments de lecture silencieuse l'après-midi et de faire en sorte que mes élèves fréquentent les livres régulièrement. En effet, à la maison, la culture des livres est inégalement présente chez les familles et cette installation permet une culture commune de classe.

    Voici donc mon humble installation:

    Petit problème d'orientation, je n'arrive pas à la charger verticalement malgré mes changements!

    Deux élèves ont fait les étiquettes de genres en APC que nous avons plastifiées.

    Nous concevons aussi un fichier répertoriant tous ces livres, quelques élèves l'ont commencé en APC, et nous le continuons en classe dès qu'un élève a fini un travail.

    Je me suis inspirée du travail de la bloggeuse de L'univers de ma classe pour la lecture silencieuse, et je fais quelques lectures offertes avec mini-leçon sur le schéma narratif notamment.

    Plus d'informations ici: Lecture autonome


    votre commentaire
  • Afficher l'image d'origine

    Je tenais à partager avec vous un site gratuit que tout enseignant, école, collège ou lycée peut utiliser, il s'agit du site de la classedojo.

    Chaque élève y est référencé par un avatar, chaque parent peut s'y connecter grâce à des identifiants personnels.

    A quoi ça sert?

    1) Le comportement des élèves est mis en valeur par un système de compétences, ils gagnent des points. Les comportements "négatifs" font perdre des points. Les élèves adhèrent plutôt bien à ce système, ils aiment faire gagner des points à la classe et se sentent valoriser lorsqu'on leur dit qu'ils travaillent bien. Je sais que cette méthode de points a des limites dans le sens où à la manière des notes, les élèves peuvent comparer. Mais je ne les entends pas trop le faire... A la maison, les parents et les élèves ne voient que leur propre avatar. Un bulletin des points attribués peut être consulter.

    2) A la manière d'un blog privé, l'enseignant peut partager des moments de vie de classe avec les parents. Cela permet de faire un lien avec eux, eux qui ne savent pas du tout ce qui se passe en classe, ils peuvent voir des photos, des anecdotes, on peut y mettre les devoirs à faire à la maison.

    3) Il y a aussi un système de messagerie privée entre l'enseignant et les parents d'élèves.

    Voici le lien du site: CLASSE DOJO


    votre commentaire
  • Dans le but de mieux investir mes élèves dans leur travail de relecture, j'ai recherché sur internet des astuces, je suis tombée sur ce site avec ce marque-page: En classe avec Montessori. Je me suis inspirée de ce document et je l'ai modifié un peu car à l'impression il était un peu flou, et je ne voulais pas que mes élèves de CM2 entourent leurs erreurs sur tous leurs écrits.

    Voici mon document, je leur donnerai plastifié pour qu'ils s'en servent en marque-page dans leur cahier du jour ou cahier d'écrivain. Et surtout, proposer un réel travail de relecture à l'aide de ce guide.

     

    A noter que le billet sur les dictées escaliers de "En classe avec Montessori" avec un lien en HDA est très intéressant: Dictées et HDA


    2 commentaires
  • A l'ESPE nous avons eu l'intervention de Patrick Tharrault, enseignant en cycle 3, auteur du livre Pratiquer le débat-philo à l'école: 

     

    Voici ma prise de notes:

    Inducteur au débat philo : texte, extrait de film, œuvre d’art : comment la reproduction d’œuvre d’art peut servir à déclencher un questionnement à visée philo ?

    Essayer de provoquer un peu pour faire repartir le débat.

    Effacement progressif de l’adulte.

    Œuvre d’art pour induire le débat : EMC => la création artistique fait partie de la morale. Le débat sur œuvre d’art est une ouverture aux autres, autres civilisations = accepter la différence dans la création artistique d’un point d vie éthique = démarche morale.

    A travers cette procédure péda on apprend à respecter ce qu’on n’aime pas. Mais on n’impose pas aux autres de ne pas l’aimer. Expliquer pourquoi ça ne me plaît pas.

    Tout système totalitaire chercher à réprimer l’art… Hitler, Staline, Daesh… Destruction de toute forme artistique, musique interdite…les pensées totalitaires veulent écraser toutes formes de libertés artistiques…

    = Former des individus libres avec une pensée artistique.

    C3 : Décrire des œuvres d’arts, argumenter son point de vue personnel…

    Respecter l’avis des autres, leur sensibilité, maitrise des langage, argumentation…

    Débat philo : faire toucher du doigt aux élèves que ce qui peut prétendre à être universel n’est pas forcément de l’ordre du goût…Confrontation entre le goût et autre chose qui prétend à l’universel.

    Démarche de l’artiste pour essayer de transmettre quelque chose.

    Apporter en classe une sculpture authentique si possible, la toucher, la regarder…Reproduction vidéoprojetée.

     

    T     Toujours proposer ces mêmes questions:

    1)    -  Qu’est-ce que je vois ? Qu’est-ce que j’entends ? (Description)

      -  - Qu’est-ce que je ressens ? (Peur, courage, joie, tristesse…)

    3)     -  Ça me plaît ou ça ne me plaît pas, et pourquoi ?

    4)      - C’est beau ou ce n’est pas beau ? Pourquoi?

    5)      - Quelle question philosophique on peut poser à partir de l’œuvre ?

    25 minutes. Un président de séance qui pose ses 5 questions, un distributeur de parole, participants.

     

    Terminer par une question philo. Philosophie c’est réfléchir sur la vie : courage, peur….

    J'ai proposé cette activité cette semaine à mes élèves de CM2, je leur ai proposé une sculpture, Freedom, de Zenos Frudakis, visible dans une rue de Philadelphie aux Etats-Unis:

    A la fin de la discussion, le thème de la liberté a été proposé par les élèves, ce sera le thème de notre prochain débat philo, la semaine prochaine.

    L'après-midi même, j'ai réutilisé cette oeuvre, avec les 2 premières questions de notre discussion du matin, mais en anglais: What do you see? What do you feel?

    Véritable occasion pour commencer à discuter en anglais. Voici notre trace écrite: I can see a sculpture with four statues. I feel happy because the statue wants to be free.


    votre commentaire
  • Pendant notre formation, nous avons eu des cours sur les débats réflexifs à visée philosophique.

    Tout d'abord, voici mes prises de notes de cours sur les débats:

    Les grands types de débats :

    -          Débat réflexif à visée philosophique : valeurs, la vie, amitié, humanité. Partir d’un album. Thèmes métaphysiques. Finalité : pas de bonnes réponses, relativiser.

    -          Débat interprétatif en littérature. Finalité : intention de l’auteur, vérité du texte, inférence…

    -          Débat argumentatif ou scientifique dans les différentes disciplines pour construire les savoir. Finalité : apprentissages, connaissances

     

    -          Débat de régulation de classe : au quotidien, le vivre ensemble, le vivre ensemble. Finalité : consensus, faire des efforts.

    1)      Les rôles du débat :

    -          Donneur de parole : dit que le débat commence, chronomètre 10 minutes de débat, clôt, dit qu’il reste 2 minutes, donne la parole ? Toutes les 4 ou 5 prise de parole il redonne la parole à l’enseignant qui va synthétiser ce qui s’est dit.

    -          Secrétaire : trois élèves écrivent ce qu’ils entendent

    -          Dessinateur : Trois dessinateurs dessinent, le dessin permet de garder un trace de ce qui s'est dit.

    Les participants.

     Changement d’espace : en cercle, sur des chaises ou par terre. Dans une autre salle de la classe. "Sacraliser le débat"

     

    A présent, je publie ci-dessous le compte-rendu de notre premier débat philo: 

    Avant le débat philo, la question « Qu’est-ce que débattre ? » a été posée aux élèves de CM2 :

    -          « Quand quelqu’un t’attrape et que tu te débats pour t’enfuir »

    -          « Quand on parle autour d’un sujet et qu’on essaie de se mettre d’accord »

    -          « Argumenter pour avoir raison. »

     

    Débat philo n°1 : 09/03/2016

    Vidéo inductrice : Minuscule, La sieste.

    1er visionnage pour le plaisir, 2nd visionnage avec prise de note sur ce qu'ils voient, notent les mots qui leur viennent à l'esprit.

    Voici ce que les élèves ont proposé de leur prise de notes:

    J'ai trié leur proposition au fur et mesure pour opposer les sujets sur lesquels on peut débattre, et ceux sur lesquels on ne peut pas.

     

    Le thème de la vengeance a été retenu.

    Donneur de parole : S. (1)

    Secrétaires : M., E., M (3)

    Dessinateurs : P. R. et N. (3)

    Les questions des élèves sur la vengeance :

    -          Pourquoi se venger ?

    -          Qu’est-ce que ça donne de se venger ?

    -          Comment peut-on se venger ?

    -          Se venge-t-on par plaisir ?

    Temps du débat : 10 minutes

    Compte-rendu des secrétaires :

    « On se venge pour ne plus que l’autre recommence.

    On se venge car l’autre a fait du mal.

    Au bout d’un moment cela ne sert plus à rien de se venger.

    Pour se venger, on fait la même chose qu’on nous a fait subir.

    Se venger ne sert à rien mais il faut juste dire à l’autre de ne pas embêter pour rien. »

     

    « On lui fait la même chose.

    Ça n’apporte rien de se venger, ça empire.

    Pour se venger on faire pire.

    Se venger n’est pas bien.

    Se venger est-ce une solution ? »

     

    Après le débat philo, la même question sur « débattre » a été posée aux élèves :

    -          « Parler d’un sujet sur lequel on n’est pas toujours d’accord. »

    -          « Des conflits entre personnes politiques, qui n’ont au final que peu d’intérêt. »

    -          « Parler pendant longtemps et essayer de se mettre d’accord. »

    -          « Des personnes qui posent des questions. »

    -          « Dire ce que l’on a à dire. »

    -          « Parler de quelque chose où l’on n’est pas d’accord. »

    -          « Discussion en groupe. »

    -          « Dire ce que l’on pense »

    -          « Débattre c’est violent. »

     

     


    votre commentaire